Retour à la page d'accueil

Simon Pasieka, Peintures

 

 

Du 19 octobre 2018 au 13 janvier 2019, la chapelle Saint-Libéral accueille une exposition consacrée au peintre Simon Pasieka.

Né en 1967 en Allemagne et travaillant à Paris, Simon Pasieka crée des œuvres puissantes, oniriques et poétiques. Riches en symboles ambivalents, ses peintures nous interrogent et bouleversent nos repères pour mieux nous plonger dans une réalité autre imaginée par l’artiste et habitée par des personnages à l’âge indéfini, si ce n’est qu’il est celui des premières fois.

Réalisée avec le concours de l’État (ministère de la culture et de la communication-direction régionale des affaires culturelles Nouvelle-Aquitaine), cette manifestation n’aurait pu se faire sans l’aide précieuse du peintre, de l’Abbaye Saint-André-Centre d’Art contemporain de Meymac -qui en a assuré le commissariat scientifique- et de Chamalot-Résidence d’artistes -qui a accueilli Simon Pasieka durant l’été 2018-.

 

Simon Pasieka, une autre vision du monde

 

Le grand verre. 2015

240 x 200 cm, huile sur toile

 

Simon Pasieka est né en 1967 à Clèves sur les bords du Rhin. Élevé dans une famille catholique, il fréquente l’école Steiner-Waldorf qui cherche à développer chez l’enfant la liberté, l’enthousiasme et la confiance plutôt que la crainte et l’esprit de compétition. Il étudie les Beaux-Arts en Basse-Saxe, région protestante, et développe une sensibilité certaine pour la peinture des XVIIIème et XIXème siècles. Il s’intéresse aussi aux œuvres d’artistes du XXème siècle comme Otto Dix ou Balthus ainsi qu’à des courants artistiques tels que la Nouvelle Objectivité ou Fluxus.

Fort de ces différentes influences culturelles, le peintre a su créer un art à nul autre pareil et qui pourrait se résumer en un mot : fascinant. 

Faussement réalistes, ses toiles figuratives représentent en fait des mondes possibles -mais non réels-, animés par des personnages à l’âge indéfini, placés dans des situations qui ne peuvent être. Oniriques et poétiques, multipliant les symboles au sens ambivalent, elles nous interrogent et bouleversent nos repères pour mieux nous plonger dans cette réalité autre, imaginée par l’artiste.

En accueillant ce peintre à l’identité artistique affirmée, c’est donc à un univers unique et fantastique que s’ouvre la chapelle Saint-Libéral. Intrigante et puissante, cette exposition est aussi le résultat d’un partenariat inédit établi entre le musée Labenche et deux autres structures culturelles corréziennes : l’Abbaye Saint-André-Centre d’Art Contemporain de Meymac, qui assure le commissariat scientifique de la manifestation et présente également des œuvres de ce peintre sur la même période ; et Chamalot-Résidence d’artistes où Simon Pasieka a été accueilli en résidence durant l’été 2018.

 

Pour aller plus loin : http://cacmeymac.com/ et http://www.chamalot-residart.fr/

 

Infos pratiques

Chapelle Saint-Libéral, Rue de Corrèze, 19100 Brive-la-Gaillarde. Entrée libre

Du mardi au samedi de 12 h à 18 h ; le dimanche de 15 h à 18 h ; fermeture le lundi, le 25/12 et le 01/01.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue (8 €).

 

A noter : du 28 octobre 2018 au 13 janvier 2019, le CAC Meymac accueille l’exposition VENDANGE TARDIVE 2018 au sein de laquelle seront présentées des œuvres de Nazanin Pouyandeh et de Simon Pasieka réalisées durant leur résidence d’été à Chamalot-Résidence d’artistes.

Plus d’informations sur http://cacmeymac.com/ et sur https://fr-fr.facebook.com/cacmeymacabbaye/

 


Plan du site | Liste de diffusion |